Rapport de Voyage – 2012

Logement

L’objectif de notre voyage était de faire un état des lieu des besoins ainsi que d’investir les fonds levés (9,000 US$) pour parer au besoins les plus urgents.

En visitant les familles une à une, nous avons regardé l’état des maisons avec l’idée d’éventuellement remplacer ou réparer certains toits. En voyant l’état des maisons nous avons très vite été convaincus que réparer les toits ferait le même effet que de mettre un emplâtre sur une jambe de bois.Famille1_avant_007

Nous avons demandés aux hommes du village de réfléchir comment construire une maison traditionnelle au meilleur prix. Très vite nous avons fait l’inventaire des besoins en bois et main d’œuvre. En mobilisant toutes les personnes de la communauté capable de mettre la main à la pâte et en négociant fermement avec les fournisseurs, nous avons terminé avec une estimation de 2,500 US$ pour la construction d’une maison. Nous avons donc donné le feu vert pour la construction de deux maisons pour les familles les plus nombreuses et dont la maison était dans très mauvais état.

Une fois la commande bois passé tout s’est très vite passé. Un camion a pu apporter le bois pour les deux maisons et l’a livré à l’emplacement de la première maison (Famille M Phy). Le bois pour la maison de la famille Tui-Chioy a dû être transporté à l’aide de motoculteurs et à dos d’homme vers l’emplacement prévu environ un km plus loin aucune route carrossable n’y menant.

Tout de suite les hommes se sont mis au travail et une semaine plus tard la première maison était construite. Avant notre départ les bases de la seconde maison était creusées et les hommes sciaient et ciselait à la main la seconde maison.

A la fin des travaux, nous avons fignolé le plan original. Une petite chose par ici, un autre détail par là ont mené à une facture finale à 3,500 US$ par maison, ce qui en vue de l’effort et du matériel est totalement acceptable. Il permettra aux familles d’enfin avoir une maison modeste, mais décente permettant une vie à l’abri des intempéries.

La gratitude exprimée par ces familles est indescriptible. Personne ne s’attendait à un tel cadeau. J’aimerais par ces lignes transmettre cette gratitude à tous ceux qui jusqu’à ce jour ont supporté le projet. Votre contribution a fait une incroyable différence.

 
Manger

Notre arrivée coïncidait avec la fin de la saison des pluies, saison dans laquelle les paysan arracDSC_2706hent les plantons semés quelques semaines plut tôt pour les replanter dans les champs encore inondés. Malheureusement, la sécheresse avait passé par là. Pour beaucoup de familles soutenues par Rumdul, les semis avaient totalement séchés ne laissant plus rien à replanter. Sans intervention de notre part, ces familles étaient exposées à une pleine saison de famine. Nous avons donc acheté du riz permettant de compenser partiellement au défaut de récolte. Encore là les familles ont exprimés une grande reconnaissance à toutes les personnes ayant supporté Rumdul.

 
 Hygiène dentaire

Tout le monde sait que des dents malsaines sont la recette pour des catastrophes sanitaires : caries, dents cassées ou pire encore: abcès, infections pouvant mener à des septicémies etc... la santé dentaires des habitants de Khum Srei Chea est catastrophique. Très peux de mesuDSC_1378res sont prises pour assurer une hygiène dentaire de base. Résoudre le problème dentaire pour toute la population au-delà et des moyens et des objectifs de notre association. Toutefois nous avons décidé de tenter une action avec les enfants en espérant qu’en établissant de nouvelles bases avec les plus jeunes nous pourrions éventuRUMDUL-12-31ellement avoir un impact sur leur santé dentaire dans le long terme. Nous avons donc acheté brosses à dents t dentifrice pour tous les enfants afin depermettre un brossage de dents quotidien pendant une année. Une assemblée de bambins a donc observé Virginie et André se brosser les dents dans les rires et la bonne humeur. Le tout suivi immédiatement par une mise en pratique. Tous les enfants se sont donné une peine énorme à brosser chaque recoin de leurs jeunes dents et sentis le confort d’une bouche propre. Au cours de notre séjour nous avons renforcé le message espérons avoir semé de petites graines qui dans le long terme permettront à ces futurs adultes de grandir avec de meilleurs dents… A suivre.

 
Petits et grands bobos

Le but de notre voyage n’était pas médical. Il est néanmoins impossible de fermer les yeux sur des besoins médicaux urgents. Un exemple : la Maman de la famille Tui-Chioy pouvait à peine marcher lorsque nous sommes arrivés. Nous avonDSC_1744s vite découvert un énorme abcès au pied, des ganglions enflés au niveau de l’aine et des douleurs très vives. Cette femme n’avait aucun moyen pour soigner sa plaie, les pieds constamment mouillés ou en contact avec la boue. Virginie a vidé l’abcès et lavé la plaie et nous avons donné des antibiotiques. Après quelques jours elle était complètement rétablie. Ceci n’est qu’un exemple. Grace au matériel fourni par l’hôpital d’Yverdon des soins de base ont pu être prodigués à des dizaines de personnes qui n’ont pas arrêté de défiler. Notre conclusion est qu’il serait urgent de construire un dispensaire et de payer une infirmière à plein temps qui intégré au village serait en première ligne pour prodiguer les premiers soins évitant des frais médicaux plus lourds pour des cas décompensés.

 
Le long terme

Un des objectifs du voyage était de discuter avec les villageois de comment ils leurs offrir les moyens de devenir complètement indépendants dans le long terme. Il est naturellement impossible de prédire si les solutions préconisées seront suffisantes. Nous avons néanmoins identifiés quelques pistes qui pourraient aider. La solution miracle n’existe pas, nous croyons fermement qu’en créant petit à petit des moyens, une modeste infrastructure de créer de la valeur, nous offrirons à ces paysans une infrastructure qui leur permettra de se soutenir eux-mêmes.

Lisez Projets à long terme dans la section « Comment Aider » de notre site.